NOURRITURE PAYSANNE, ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION https://kokopelli-semences.fr/

NOURRITURE PAYSANNE,
ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION

Il y a encore peu de temps.
Notre nourriture était issue de la terre, des fermes et des jardins.
Mais tout a changé….

Un changement fait au prix de notre santé et de celle de la planète.
Malheureusement pour nous, quelques prières et un nuage d’encens,
ne suffiront pas à arrêter le changement climatique et la 6ème extinction des espèces.

Dans cet article :

Un regard sans complaisance, sur un des plus grands facteurs de destruction de l’environnement :

 LA "NOURRITURE" INDUSTRIELLE
ET
TOUTES LES SOLUTIONS POUR LUI ÉCHAPPER !

Et pour se redonner le goût de bien manger et de cuisiner,
de nombreuses émissions audio pour préparer de bons repas pour pas cher.

PLAIDOYER POUR L’AGRICULTURE PAYSANNE
ET LE MARCHÉ ALIMENTAIRE

Aujourd’hui bien manger devient très difficile :

98% de ce que nous mangeons provient de la grande distribution !
Le marché alimentaire représente moins de 2% des ventes de commerce de détail !
Les conditions de vie des agriculteurs se dégradent de plus en plus, un ou deux se suicident chaque jour !
1 emploi dans la grande distribution en fait disparaitre 5 chez les artisans, paysans et petits commerçant !

Donc, non seulement nous mangeons de plus en plus mal, mais le travail paye de moins en moins.
Et
obligent la plus part d'entre nous à faire ses courses dans les magasins bas de gamme.
Où la "nourriture" ne coute "pas cher".
Parce que les bons ingrédients, sont remplacés par du sucre, de mauvaises graisses type huile de palme.

Les employés sous-payés, sont traités comme de la matière première.
C'est à dire, guère mieux que des animaux issus d’élevage industriel qui garnissent les rayons.

Elevage industrielle de dindes

La "nourriture" industrielle est une aberration écologique, économique,
un poison pour la santé des hommes et la planète et la démocratie :

La grande distribution exploit les paysans les caissières, s’approprient les terres.
Elle nous conditionne avec des publicités omniprésentes, modifie les réglementations nationales.
Pour nous « nourrir » d’ OGM, pesticides, engrais chimiques, conservateurs,
exhausteurs de goût, nanoparticules, suremballages, etc.
Le tout transporté de l'autre bout de la planète, en bateau, camion ou en avion.

Dans les supermarchés, même le « BIO » reste la production industrielle.
Il est juste plus cher, autant emballé, certes un peu moins polluant et toxique, et seulement avec 0,9 % d’OGM...

Le mot approprié pour cette "nourriture" est :

CROQUETTE POUR HUMAIN

NOURRITURE PAYSANNE, ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION 1

COMMENT ÉCHAPPER A LA "NOURRITURE" INDUSTRIELLE


FAIRE UN JARDIN

Il vaut mieux faire un jardin,  qu'entretenir une pelouse le dimanche matin pendant que les gens se reposent.
Mais, la plus part d'entre nous malheureusement, n'ont plus de jardin...

Heureusement, il reste les jardins ouvriers municipaux, que les mairies louent pour pas cher.
Il y a beaucoup de demande, mais s’il y en a encore plus, plutôt que de construire un autre supermarché,
sous la pression populaire, ils peuvent libérer de terrains…
Il a y aussi possibilité de louer un terrain, de faire un jardin partagé,
et même de faire un jardin vertical sur son balcon.

Jardin sur un balcon
Jardin sur un balcon , voir : lepotagerminimaliste.fr

LE MARCHÉ ALIMENTAIRE

Contrairement à ce que veut nous a fait croire les publicités qui inonde la télé et les affiches 4x3 :

C'est souvent moins cher sur le marché qu'au supermarché.

C’est bien plus sympa de faire ses courses au marché,
de voir du monde, discuter en faisant la queue, faire des connaissances…

Manger un aliment sain qui sorte de la terre, sans produits chimiques non OGM,
a un avantage pour la santé, bien sûr il n’empoisonne pas, ni soi-même, ni la planète.

Et il contient par contre, beaucoup de nutriments introuvables dans la nourriture industrielle,
donc il est bien plus nourrissant et on en mange moins...

Donner de l'argent aux supermarchés, revient à s’appauvrir, en faisant disparaitre des emplois mieux rémunéré.

Et ça enrichi les banques :

Une des sources principales de leur bénéfice, c’est les l’argent qui vient des caisses des supermarchés,
placé en bourse pendant 90 jours, en attendant que le l’agriculteur soit payé...

LES AMAPS

Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.
En général chaque semaine vous avez un panier contenant des légumes et des fruits de saisons.
A un prix et des modalités qui permettent à un paysan de vivre.
Moins souple que le marché, c’est néanmoins, son complément,
quand accaparé par son travail il est difficile de faire ses courses.

Pour trouver une AMAP :NOURRITURE PAYSANNE, ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION 2

LES MAGASINS DE PRODUCTEURS

Comme les AMAPS, ils sont un très bon complément au marché.

Ils permettent de faire ses achats hors des horaires de travail.
Acheter une bonne nourriture qui vient de pas loin.
Faire ses courses dans un circuit court :

C'est soutenir le peu d'agriculteurs que la grande distribution n'a pas réussi à éliminé.

Annuaire, des 368 Magasins de Producteurs NOURRITURE PAYSANNE, ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION 3

BIOCOOP et AUTRES MAGASINS DE PRODUITS BIO

Certaines Bio Coop sont gérer par des associations de consommateurs engagés.
Elles font un excellent travail et pratique les prix les plus bas.

D’autres sont de véritables entreprises avec une celle logique : faire de bénéfices…

Dans tous les cas, les produits locaux sont largement minoritaires.
Ce qui prévaut sont les produits industriels :

Quelques marques, les mêmes dans toutes les bio Coop,
autant emballages que dans les supermarchés, de l’huile de palme dans beaucoup de produits…

Les Bio Coop permettent néanmoins de se procurer une base alimentaire Huile, sucre, pâtes, riz…
Et les produits d’entretien, papier toilettes, dentifrice.

Mais avec tous ces produit qui se trouvent rarement sur le marché.
Vous devriez être en mesure de ne plus mettre les pieds dans un supermarché !

CONSEILS POUR LES DÉBUTANTS DU MARCHÉ
POUR RETROUVER LE PLAISIR DE MANGER,
MÊME AVEC PEU D’ARGENT

Demandez aux vielles personnes de vous indiquer les bonnes adresses.
Elles ont souvent des petites retraites et aiment bien manger...

Le plus important:

Achetez des aliments, frais, locaux et de saisons, non-transformés et réapprenez à les cuisiner...
Le prix au kg d'un aliment brut est bien moindre qu'un plat préparé industriel,
il n'y pas d'emballage, de conservateurs, de sucres et graisses cachées, etc.

Soyez clients réguliers, le commerçant vous reconnaitra.
Et il vous fera en général des prix ou des petits cadeaux sans rien que vous demandiez.

Si votre situation est vraiment difficile, vous avez affaire à un humain et pas à une caisse automatique :

Osez en parler.

Il est vrai que certains commerçant ne sont pas des commerçants, essayes en un autre plus avenant.

À la fin du marché les denrées périssables sont souvent bradées et très abordables.

De préférence choisissez des produits sans traitements chimiques et au producteur.
Si vous ne pouvez pas faire autrement, pensez qu'il vos mieux de toute manière acheter à un petit commerçant.
Il en a bien plus besoin que le directeur du supermarché...

Personne ne fait de pub pour le marché et pourtant il est toujours là.
Mais il commence lui aussi à  être envahi par les productions industrielles.
Tout simplement par manque de Nourritures Paysannes.

Alors : Soutenez le peu d'agriculteurs qui restent !

POUR OUVRIR L’APPÉTIT
ET SE DONNER L'ENVIE DE CUISINER DE BONS PETITS PLATS PAS CHERS

200 Mp3 à écouter et télécharger

200 émissions France Culture :

 CRÉDIT PHOTO Kokopelli

Un grand merci pour les photos des magnifiques légumes à :

Kokopelli, semeur de libertés !

Nos semences sont libres de droits et reproductibles, contrairement aux variétés hybrides F1 dégénérescentes issues de la grande distribution.

Vous pouvez donc reproduire, d’année en année, vos propres graines à partir de nos semences.
De plus, les agro-industriels ne proposent qu’une gamme variétale excessivement, alors que notre collection offre une diversité inégalée de variétés anciennes oubliées accessibles à tous !

Est-ce que je peux cultiver mon propre tabac ?

Contrairement à une idée assez répandue et entretenue par la mafia des cigarettiers, la culture du Tabac n’est pas interdite en France, mais elle n’est autorisée qu’à des fins de consommation personnelle. Voir l’article 575 K du code général des impôts.

Le tabac est une plante médicinale traditionnellement employée lors de cérémonies ou rituels chamaniques. Et s’il est plus qu’évident que son utilisation a été pervertie, pour en faire une arme de destruction massive, il semblerait que ce ne soit pas sa consommation qui engendre de trop nombreux cancers et maladies graves, mais plutôt les milliers de substances toxiques et déchets industriels qui se retrouvent, par miracle ou par hasard, dans les cigarettes commerciales...

Ainsi, devenir producteur de son propre tabac est un engagement social, politique et écologique ! Néanmoins, nous conseillons fortement une consommation strictement occasionnelle de cette plante mystérieuse et magique.

Site de Kokopelli :NOURRITURE PAYSANNE, ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION 4

RSS Nourriture à écouter : Les bonnes choses

  • Peut-on encore manger du (bon) poisson ?
    durée : 00:28:50 - Les Bonnes Choses - par : Caroline Broué, Stéphanie Villeneuve - Au supermarché ou chez le poissonnier, on s'y perd. Entre le souci de préserver les ressources marines, la difficulté d'identifier la provenance du poisson ou de savoir ce qu'il a pu ingérer, sans parler de l'ennui à se frotter toujours […]
  • Les algues, un trésor culinaire méconnu ?
    durée : 00:28:49 - Les Bonnes Choses - par : Caroline Broué, Stéphanie Villeneuve - Elles peuvent être rouges, brunes ou vertes, s’appellent “Kombu”,“Wakamé” ou “Dulse” et se cuisinent aussi bien en sucré qu’en salé. Les algues, très prisées en Asie du Sud-Est pour leurs saveurs surprenantes et leur intérêt nutritionnel, suscitent chez nous un […]
  • La charcuterie, de l'art et du cochon
    durée : 00:28:45 - Les Bonnes Choses - par : Caroline Broué, Stéphanie Villeneuve - Jambon, saucisse, terrine... La cochonaille continue d'être largement appréciée en France. Si la charcuterie industrielle est peu recommandée, rappelons-nous que dans le cochon, si tant est qu'il soit travaillé par un bon "chair-cuitier", tout est bon ! - réalisation : […]
  • Hervé Bourdon : la côte sauvage dans l'assiette
    durée : 00:29:16 - Les Bonnes Choses - par : Caroline Broué, Stéphanie Villeneuve - A la tête du Petit Hôtel du Grand large, sur la presqu’île de Quiberon, le chef Hervé Bourdon évoque sa cuisine végétale et marine. Une cuisine "brute" qu’il pense comme les paysages de la côte sauvage : les mêmes que […]
  • Mangerons-nous des fruits cet été ?
    durée : 00:28:24 - Les Bonnes Choses - par : Caroline Broué, Stéphanie Villeneuve - Alors qu'une partie de la production française a été touchée au printemps dernier par un violent épisode de gel, les pêches juteuses, les cerises croquantes, les melons sucrés, les abricots tendres et fermes que nous attendons toute l'année seront-ils présents […]
  • Ibrahim Maalouf : "On ne sait pas qui l'a préparé, mais on sait que ça veut dire la fête"
    durée : 00:03:03 - La Madeleine de... - par : Mattéo Caranta - Retour au Liban avec le compositeur et trompettiste Ibrahim Maalouf - réalisation : Jean-Christophe Francis
  • La jeune garde de la cuisine française
    durée : 00:28:55 - Les Bonnes Choses - par : Caroline Broué, Stéphanie Villeneuve - A à peine trente ans, ils ont décidé d’ouvrir un lieu à eux, simple, accessible et tourné vers les produits de leur région natale - le Jura pour l'un, l’Ardèche pour l'autre. Portrait croisé de deux jeunes chefs qui incarnent […]
  • Denis Lavant : "C'était pas spécialement raffiné, mais c'était bon"
    durée : 00:03:22 - La Madeleine de... - par : Mattéo Caranta - Le comédien nous ouvre les portes d'un repas hebdomadaire qui a fait son enfance : les épinards surgelés aux croutons de pain !
  • Pâtes : un petit goût d'Italie
    durée : 00:29:01 - Les Bonnes Choses - par : Caroline Broué, Stéphanie Villeneuve - Nous partons sur les routes d’Italie à la découverte des pâtes italiennes et des mille manières de les accommoder. Car si l’Italie est le pays des pâtes, chaque région possède sa manière bien à elle de cuisiner les tortellini et […]
  • La madeleine de...du dimanche 13 juin 2021
    durée : 00:03:13 - La Madeleine de... - par : Mattéo Caranta

Le monde paysan

Le monde paysan, est composé d’agriculteurs, arboriculteurs, cultivateurs, éleveurs, horticulteurs, maraîchers, ramasseurs-cueilleurs, sylviculteurs… Le plus souvent ils travaillent seuls ou en famille et composent une « espèce » en voie de disparition remplacé par une logique industrielle qui les transforme en producteurs et agrobusiness man. Les paysans disparaissent, ainsi que la nourriture saine et...

Continuer la lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top
fr Français
X
Share via
Copy link
Powered by Social Snap